Parc animalier de Sainte Croix – Terre des ours

Avec un territoire réaménagé et une muséographie entièrement repensée, partez pour un voyage dans l’une des plus belles présentations d’ours bruns d’Europe : « Terres des ours ». 

A Sainte-Croix, le géant c’est lui et en raison d’un tel statut, le parc animalier lui a offert depuis 2014, un théâtre d’évolution digne de son berceau pyrénéen.

Commencés à l’hiver 2013,  les travaux pour “Terre des ours” ont duré 6 mois. Les équipes ont réalisé 200m de passerelles en bois, assaini les étangs, créé de nouveaux bassins, planté une centaine d’arbres morts, fabriqué une caverne, réaménagés les loges de nuit des ours, construit “le refuge de l’ours”, et installé 1500 tonnes de pierres entre autres.

Cette double fratrie, deux sœurs et un frère et une sœur, arrivés à Sainte-Croix en 1999, disposent ici d’un espace de 2 hectares placé en transition entre deux vastes étangs du domaine. Certes il n’y a pas d’altitude comme dans les montagnes francaises, mais le parc animalier a reconstitué une maison basque traditionnelle ornée de colombages de bois peint en rouge.

Du balcon de la bâtisse ou par des baies vitrées ou de la passerelle qui surplombe le territoire, le visiteur profite de points de vues pertinents pour observer un habitat qui n’a rien à envier à celui d’origine.

Bassins, radeaux de grumes, plongeoir, rivière nantie d’une cascade, zone volontairement abandonnée à une évolution spontanée de la nature, caverne de 40 m2, l’écosystème de l’ursidé a été reconstitué au mieux pour correspondre au milieu naturel des ours.

La partie basse de la bâtisse permet d’observer les 4 ours par une grande baie vitrée donnant sur la totalité de l’installation et par une grotte donnant sur le principal point d’eau de ce grand espace.

pédagogie

Niveau enrichissement, l’équipe du parc a eu l’idée de stimuler leur odorat et leur palais en dissimulant régulièrement leurs denrées favorites dans des trappes ou des planques éparpillées sur l’ensemble du site. Ils adorent tous les 4 l’artichaud, le céleri branche, l’avocat ou bien le melon.

Lors de la reconstruction de cette installation en 2014, le parc animalier de Sainte-Croix a élaboré un véritable sentier scénographique sur les ours et leur milieu naturel. L’occasion d’apprendre beaucoup de choses grâce à ces panneaux pédagogiques clairs et très bien illustrés.

les 4 ours bruns

 

Ces deux sœurs sont nées le 6 janvier 1998 au Zoo d’Amnéville en Moselle. Elles ont un pelage plus clair et une taille plus petite que les deux autres ours qui cohabitent avec elles. Leur poids est estimé à 250-300 kg.

 

Ces frère et sœur sont nés le 04 janvier 1998 au Domaine des Grottes du Han en Belgique. Ils ont un pelage plus foncé que les deux autres et sont bien plus gros. Le poids de Groseille est estimé à 300 kg et celui de Graoully entre 400 et 450 kg. Groseille et Graoully sont très proches.

Conservation

A la fin des années 80, des maires de la haute vallée de la Garonne réfléchissent à une stratégie de développement et valorisation de leur région. La remarquable qualité de l’environnement naturel est un atout majeur dans les Pyrénées centrales, les milieux pyrénéens recelant nombre d’espèces prestigieuses, dont l’ours brun. Mais en Pyrénées centrales, le dernier indice certain de sa présence date de 1988, et l’existence probable d’un seul ours ne pouvait laisser espérer la conservation de l’espèce.

Décidés à baser leur stratégie de développement sur la valorisation de l’environnement, les maires décident, pour restaurer le patrimoine naturel des Pyrénées Centrales, d’y réintroduire l’ours. C’est alors que se constitue, en 1991, l’ADET (Association pour le développement économique et touristique), devenue depuis “Pays de l’Ours – Adet” (Association pour le développement durable des Pyrénées).  Elle a pour mission de préserver l’ours brun dans les Pyrénées et est à l’origine des premiers lâchers d’ours en Pyrénées centrales en 1996-97, puis de 5 autres en 2006. En réintroduisant l’ours, l’association affirme sa volonté de ne pas laisser disparaître une espèce aussi emblématique, garant de la qualité de l’environnement naturel. 

Par le biais de “Sainte Croix Biodiversité”, le parc animalier soutient cette association au même titre que “Ferus”, première association nationale de protection et de conservation de l’ours, du loup et lynx en France.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *