RÁKOSŮV PAVILON : LES PERROQUETS RARES DU PRAHA ZOO

De nombreuses espèces de perroquets ont été exposées depuis le début du zoo de Prague. Pendant de nombreuses décennies, ces différentes espèces ont été hebergées au pavillon “Štěpnička” et dans une série de volières appelées “Lineárka”. Cependant avec le temps, ils ne fournissaient plus un espace approprié pour l’élevage des grandes espèces. Il a donc été décidé de les détruire et de les remplacer par un pavillon plus moderne. 

Les travaux du pavillon ont débutés par la réhabilitation de la pente dans laquelle le pavillon d’origine s’est en partie enfoncé et sur laquelle s’implantaient progressivement des vignes.

En termes de construction, il s’agit d’un bâtiment à un étage, qui est construit comme un mur de briques avec un système longitudinal. La surface bâtie totale est de 527 m2 (66,7 mx 7,9 m), tandis que la surface totale des expositions intérieures est de 273 m2.

Au-dessus de cette partie, le bâtiment est couvert d’un contre-toit et d’un toit plat végétalisé . La hauteur maximale du pavillon est d’environ 8 m.

Le budget total du pavillon, y compris l’intérieur, les modifications environnementales et la réhabilitation de la pente, est de 30,5 millions de couronne Tchèque soit 12 millions d’euros. Sur ce montant, 286 000 € ont été payés par des subventions de l’Union européenne, 400 000€  ont été données par Stanislav Rákos, un éleveur d’oiseaux exotiques mort en 2012. Il a d’ailleurs donné son nom à ce pavillon. 

Ce pavillon a été inauguré et ouvert au public le 28 septembre 2019

L’ensemble de l’exposition comporte quatre parties principales : le pavillon, deux volières extérieures et deux volières d’origine, de la partie “Lineárka”, qui ont été conservées à l’intérieur du nouveau pavillon. 

Le pavillon est conçu comme une série d’expositions. Les visiteurs passent devant eux dans un couloir sombre, surplombant les différents paysages de l’installation. La zone des visiteurs est généralement séparée des expositions par un fin filet en acier inoxydable.

Hautes montagnes Néo-zélandaises

La volière orientale mesure 15,5 mx 7,1 m et est complétée par une vue de côté.

Le Nestor Kea (Nestor notabilis) vit dans cette première volière extérieure d’une superficie de 122 m2, qui emmènera les nouveaux arrivants dans l’île du Sud de la Nouvelle-Zélande. Par sa face arrière, cette volière est directement reliée au terrain en pente d’origine. L’impression d’un versant rocheux est complété par des souches et des pierres déracinées. Vers le pavillon, des terriers de nidification, communiquent avec l’espace extérieur. 

Le Nestor Kea partage cette volière avec des Cassicans flûteur (Gymnorhina tibicen), passereaux noir et blanc,  ressemblant à des pies (bien que sans rapport avec eux) et qui peuvent imiter certains sons. Vous y trouverez également des tadornes de paradis (Tadorna variegata) , intéressantes pour leur dualité sexuelle distinctive. Alors que le mâle est presque noir, la femelle est brune, avec une tête pâle.

Le nestor kea, espiègle, curieux et intelligent est le seul perroquet véritablement alpin au monde. Il habite les Alpes du Sud de la Nouvelle-Zélande et passe beaucoup de temps sur terre, où il niche également. Contrairement à la plupart des autres perroquets, il ne se nourrit pas seulement de fruits et de graines, mais aussi de racines, de larves et même de viande.

Pantanal

Outre l‘ara hyacinthe  (Anodorhynchus hyacinthinus) , vous pourrez également admirer des jacanas noir (Anodorhynchus hyacinthinus) dans cette première exposition intérieure. Ils vivent dans les zones humides , parfaitement adaptée aux feuilles flottantes et autres plantes aquatiques. Le carouge à tête rouge (Amblyramphus holosericeus) est en fait l’équivalent américain des étourneaux de l’ancien monde. La partie basse de l’exposition sera habité par deux espèces non moins intéressantes. Le caurale soleil (Eurypyga helias) est le seul parent connu du grèbe huppé, qui est également présenté au zoo de Prague, depuis 2018. Enfin, le discret tinamou tataupa (Crypturellus tataupa) est un proche parent des autruches, comme en témoigne le fait que le mâle s’occupe de l’oeuf et des jeunes tinamous.

Il existe une autre zone de forêt humide au Brésil, cette fois sur sa côte Est. Elle est souvent appelée “Mata Atlántica” et est représentée dans l’exposition par l’Amazone à joues bleues (Amazona brasiliensis) .

Dans l’exposition traversante d’une superficie de 45 m2 , l’espace, jusqu’à cinq mètres de haut, est aussi diversifié que son schéma naturel. L’impression générale d’une forêt tropicale humide est complétée par de nombreuses zones d’eau et autres berges de rivière. Les oiseaux ont des cavités dans des roches artificielles, et des troncs secs  pour la nidification.

L’ara Hyacinthe a une longue queue et une couleur bleu vif. La tache chauve jaune à la mâchoire inférieure du bec a la forme d’un croissant et a un cercle oculaire jaune. C’est la plus grande espèce de perroquets au monde. Il a des plumes bleu cobalt et un bec noir massif. Le mâle ne diffère pas de la femelle en taille ou en apparence. 

Caatinga

Le visiteur reste toujours au Brésil, mais cette fois, il lui montre un tout autre visage. La forêt tropicale humide et luxuriante a été remplacée par une plaine sillonnée de nombreux canyons et ravins. Le visiteur se retrouve dans une zone aride appelée “Caatinga” (qui signifie « forêt claire ou blanche » en langue tupi), et qui se situe au nord-est du Brésil. La sécheresse et la chaleur prédominent pendant la majeure partie de l’année. Les arbres ne sont conservés que par endroits sur des sommets plus élevés ou dans les vallées autour de l’eau, de sorte que le paysage est envahi par des buissons épineux, d’innombrables cactus, broméliacées et herbes.

Ce paysage apparemment inhospitalier et épineux cache une gamme étonnamment diversifiée de plantes et d’animaux, dont un tiers sont endémiques. Malheureusement, en raison de la transformation du paysage en pâturages et champs, de nombreuses espèces d’oiseaux sont en voie de disparition, l’ara de Spix a même disparu à l’état sauvage. Jusqu’à présent, une autre espèce de perroquet “bleu” survit ici dans une petite zone – l’ ara de Lear (Anodorhynchus leari) .

Une exposition d’une superficie de 43 m2 et d’une hauteur pouvant atteindre six mètres est consacrée à cette espèce rare. Il est conçu pour donner au visiteur l’impression qu’il se tient sur l’un des plateaux rocheux et devant lui s’ouvre une vue sur le paysage bordé de roches typique de couleur rouge, dans lesquelles se cachent des terriers de nidification.

En plus de l’Ara de Lear, “Caating”  abrite le petit caroare dominicain (Paroaria dominicana) aux couleurs contrastées . Sa nourriture principale est constituée de diverses graines, qu’il récolte au sol et sur des arbres ou des arbustes. Les caroares restent souvent proche des aras de Lear car ils trouvent une protection contre les prédateurs.

Ara de Lear est un perroquet d’une valeur presque incalculable ; à un moment donné, il a même été considéré comme éteint. Il vit exclusivement dans une petite partie de la caatinga brésilienne – dans un paysage sec envahi de buissons épineux et de cactus et traversé par des gorges. C’est dans leurs parois que les aras creusent leurs terriers de nidification.

Forêt tropicale de montagne de Nouvelle-Guinée

L’exposition de la forêt tropicale montagnarde de Guinée a une superficie de 23 m2. La Nouvelle-Guinée tropicale est la deuxième plus grande île du monde – elle couvre une superficie dix fois plus grande que la République tchèque. Son centre s’étend sur de hautes montagnes à la hauteur des Alpes européennes, principalement couvertes de forêts tropicales à feuilles persistantes.

Les montagnes locales abritent environ 350 autres espèces d’oiseaux – dont plus de 50 ne vivent nulle part ailleurs dans le monde.

Le perroquet de Pesquet, dont les plumes rouges sont traditionnellement décorées par les habitants de la Nouvelle-Guinée, a surtout des fruits à son menu. C’est pourquoi sa tête est en partie chauve – grâce à cela, son estomac n’enduit pas ses plumes de jus sucré. Il vit dans les forêts tropicales des parties inférieures des montagnes de Nouvelle-Guinée.

Forêts jamaïcaines

L’exposition d’une superficie de 21 m2 introduit les visiteurs en Jamaïque, où son principal habitant, l’Amazone sasabé ou Amazone à bec jaune ou jamaïcaine (Amazona collaria), séjourne principalement dans les branchages. En revanche, les colombes versicolore (Geotrygon versicolor) avec une touffe typique (et très inhabituelle) préfèrent la sécurité du sous-bois de la forêt, où ils cherchent de la nourriture et où ils nichent également. Tous les étages sont utilisés par les pigeons à cou rouge (Patagioenas squamosa), qui nichent dans les arbres. Vous pouvez également profiter de la vue sous la surface d’un petit étang alimenté par un ruisseau de montagne, dont les habitants sont, par exemple, des canards à joues blanches (Anas bahamensis) (également connu sous le nom de canard des Bahamas).

L’Amazone jamaïcaine est endémique de l’île caribéenne de la Jamaïque, où elle habite les forêts humides. En petits groupes, les Amazones recherchent de la nourriture et ensemble, elles passent également la nuit dans la cime des arbres, mais les couples nichent indépendamment. Ils recherchent des cavités d’arbres dans lesquelles les femelles pondent 3 à 5 œufs, et sur lesquels elles restent assises pendant 24 à 25 jours. Prague est l’adminstrateur de l’ESB de cette espèce.

Philippines - forêt à l'ombre des volcans

Les Philippines ont été formées à la suite d’une activité volcanique, elles sont donc relativement montagneuses, ce qui est évident dans l’exposition de 21 m 2 en raison des roches artificielles. Cette “zone vallonnée” est complétée par une verdure imitant une forêt tropicale avec des sols typiques. Grâce à cela, en plus des perruches de Luçon (Tanygnathus lucionensis), d’autres espèces se sont également installées dans l’exposition. Le discret carcophage charlotte (ducula carola) est une rareté dans les zoos, et le zoo de Prague est le seul en Europe, qui non seulement le présente, mais aussi l’élève. De même, le goulin gris (Sarcops calvus) est très rarement élevé car il a du mal à s’habituer et reste très timide. Le petit bréve à capuchon (Pitta sordida) reste principalement au sol. Les partenaires communiquent entre eux par un sifflet à deux syllabes.

Cette perruche de Luçon au nom inhabituel habite les forêts tropicales et les plantations de plus de quarante îles tropicales des Philippines. C’est une véritable rareté dans les zoos et les élevages privées. En 2016, le zoo de Prague a élevé les premiers bébés péruches de Luçon en République tchèque. C’est actuellement le seul zoo européen qui élève cette espèce.

Forêt de base altitude

L’exposition intérieure en plein air  (superficie de 121 m2 et d’une hauteur jusqu’à sept mètres) présente les habitants typiques de la forêt tropicale de Papouasie-Nouvelle-Guinée. En plus du Cacatoès noir (Probosciger aterrimus), il existe d’autres perroquets – des loriquets de Stella  (Charmosyna stellae) ou des psittacules de Salvadori  (Psittaculirostris salvadorii).

Le sous-bois du rez-de-chaussée est habité par des gouras couronnés (Goura cristata) et des otidiphaps noble (Otidiphaps nobilis) , représentants de la famille des Columbidae. Bien qu’ils puissent voler et construisent généralement leur nid sur des arbres ou des endroits surélevés, ils recherchent principalement de la nourriture au sol. La gallicolombe à poitrine d’or (Gallicolumba rufigula) , petit représentant des pigeons, séjourne lui aussi majoritairement dans les sous-bois. Dans la cime des arbres, on trouve beaucoup plus souvent des ptilope superbe (Ptilinopus superbus)  et des colombines à front blanc (Henicophaps albifrons)  . À l’heure actuelle, seul le zoo de Prague élève des polochions casqué (Philemon buceroides) et ils sont donc trés rare en Europe.

Dans cette exposition, le parcours du visiteur passe à travers un sous-bois dense le long d’un petit ruisseau, parfois le visiteur est rattrapé par une pluie tropicale artificielle, ce qui permet une perception encore plus intense et complète de l’atmosphère d’une île lointaine. Dans la partie ouest, il est même possible de monter jusqu’au belvédère des arbres et de se retrouver soudain au niveau des cimes saillantes des géants de la forêt.

Le microglosse noir est souvent confondu avec d’autres espèces de perroquets. Ses caractéristiques typiques incluent des plumes noires, un bec foncé, une tache chauve rouge sur les joues (qui devient rouge en colère) et, surtout, une longue touffe – ainsi qu’une large gamme de sons avec lesquels il communique.

Il est parfois appelé calao à casque. Le zoo de Prague élève cette espèce comme le seul zoo d’Europe et l’un des rares au monde. Bien que le nectar soit la principale composante de son alimentation, le polochion casqué peut également chasser les insectes sur les fleurs,  l’écorce ou même dans l’air. Il est très bruyant et éloigne souvent les autres oiseaux des arbres en fleurs. .

Contreforts des Andes méridionales

Lorsque le visiteur quitte à nouveau le pavillon, il entre dans la volière adjacente en se promenant au milieu des roseaux. Cette volière ouest a des dimensions de 13 m x 7,6 m. Il trouvera ici des oiseaux des régions les plus froides d’Amérique du Sud. Les Andes s’étendent le long de toute sa côte ouest. Ce dernier commence au parc national de Llullaillaco et se termine sur la Terre de Feu,  le nom donné à l’archipel qui se trouve à l’extrême sud du continent sud-américain. Les Andes sont situé au Chili et en Argentine.

Dans la volière traversante d’une superficie de 84 m2 , le visiteur profite d’un paysage aride avec un petit ruisseau, et qui abrite des perroquets ou perruches de Patagonie (Cyanoliseus patagonus) ,qui cohabitent avec des conures veuve (Myiopsitta monachus). Les habitants des zones humides, des lacs et des rivières sont représentés par la sarcelle tachetée  (Anas flavirostris) et le vanneau téro (Vanellus chilensis).

La robuste conure de Patagonie vit dans les régions froides de la Patagonie et des contreforts des Andes du Sud niche dans  dans des terriers sur des pentes abruptes. Le zoo de Prague éleve des perroquets de Patagonie dans les années 1950, et est devenu l’un des premiers établissements d’élevage au monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.