LE MERSUS MERGO DE PAIRI DAIZA

Le « bateau » comme l’appellent les visiteurs, officiellement nommé le Mersus emergo, est non seulement le lieu de repos (non accessible au public) des girafes, hippopotames nains, becs en sabots, et de quelques primates présentés autour du bateau, mais également un vivarium accessible au public. D’une surface de 6.000 m2 , soit un tiers du Titanic, ce navire didactique, 100 mètres de long et 34 mètres de large, et qui pèse 2.400 tonnes, a ouvert ses portes en 2003.

Ce décors, comme tous les décors aménagés à Pairi Daiza, permettent au visiteur de s’immerger dans une ambiance, afin de complètement se déconnecter du reste des différents « mondes » du parc. Afin d’accéder à l’entrée du Mersus, il faut passer sur une passerelle ressemblant fortement au quai d’arrivée d’un port de plaisance.

La visite commence par l’arrivée dans une salle sombre, avec des accessoires rappelant une salle des machines, avec des murs en métal peints, et boulons apparents. Pas de doute, nous sommes bien à l’intérieur d’un bateau. Des écrans installés au dessus des terrariums permettent aux visiteurs de connaître la ou les espèces présentées devant lui. Ces écrans sont présents tout le long de la visite du Mersus.

Dès l’entrée, on est directement plongé dans une ambiance aquatique, avec des vivariums aménagés pour présenter différentes espèces de tortues aquatiques, tel que des tortues serpentines,  Mata mata, etc… qui sont observables à travers des hublots de forme cubique.

S’en suit un terrarium représentant toute une machinerie, avec quelques serpents des blés (Panthérophis guttatus). Puis l’entrée dans une nouvelle salle, plus lumineuse, présente des terrariums tropicaux sur les cotés de la pièce, avec des dendrobates, dans des décors tropicaux

Au centre se trouvent des terrariums dont la vue se fait principalement sur le dessus, dans lequel sont présentés quelques espèces de serpents, ainsi qu’un Monstre de Gila.

La suite de la visite nous emmène dans un couloir, présentant des vivariums de grande taille, avec plusieurs espèces de tortues terrestres, souvent mises en cohabitation avec d’autres reptiles.

Ainsi un terrarium présente par exemple des tortues charbonnières, avec des tegu d’Argentine et des iguanes verts. Une autre cohabitation, celle-ci plus originale, présente des pythons avec des diamants mandarins, qui sont des petits oiseaux Australiens.

La visite se poursuit avec un espace dans lequel le visiteur marche sur un ponton, entouré de plusieurs tillandsia suspendues au dessus de nos têtes, des panneaux, typiques de Floride, alertant sur la proximité d’alligators, et c’est effectivement de ces derniers dont il est question ici. Ambiance bayous garantie !

Le visiteur effectue un petit parcours dans cette zone, au dessus de ces carnassiers, qui vivent en cohabitation avec plusieurs dizaines de tortues dites « de Floride », provenant pour beaucoup d’abandons de particuliers.

Une fois sorti de cet espace, le couloir qui suit présente des objets rappelant les voyages, et malheureusement pas toujours dans le bon sens. En effet, dans un terrarium contenant des tortues Mauresques, une valise avec un écriteau « Nous étions 38 dans cette valise » mets en garde le visiteur sur les menaces qui pèsent sur ces animaux, notamment à cause du fort trafic qui perdure encore actuellement en Afrique du Nord. Trop souvent encore ces animaux sont capturées dans la nature, et finissent en captivité illégalement dans nos pays Européens.

S’en suit une bande dessinée expliquant les actions de récupération des Nacs et en particulier des reptiles, menée par Pairi Daiza, afin de sensibiliser les plus jeunes. En face de ces panneaux, sont présentées des espèces européennes et nord-africaine de tortues terrestres.

De grands terrariums sont aménagés de façon à respecter les biotopes des espèces, et souvent en mettant en cohabitation des animaux qui vivent également ensemble dans la nature. Par exemple, des tortues araignées (Pixys arachnoides), originaires de Madagascar, cohabitent ici avec des zonosaures de Karsten.

Nouveau couloir, nouvelle ambiance, avec de petits terrariums encastrés dans les murs, à différentes hauteurs, et présentant une multitude d’espèces de mygales, iules, et autres insectes à faire frissonner les visiteurs. En face de ces terrariums individuels, se trouve un bel espace dédié à des anacondas verts.

Les terrariums suivants sont toujours de belle taille (plusieurs mètres de longs) et présentent des espèces insulaires, ou rarement vues en captivité (Ctenausaurus, tortues Pancake, tortues rayonnées, etc..).

Dernier passage dans un couloir et nous voici presque arrivé au bout du vivarium de Pairi Daiza. Sur la gauche se trouve des vitres au travers desquelles il est possible d’apercevoir la quarantaine des reptiles, et une partie de la nurserie.

A droite, se trouve une aire de restauration, ouvert cette année, et joliment décorée avec de fausses plantes suspendues au plafond, pour donner une ambiance tropicale, ainsi qu’un gros terrarium, contenant des agames barbus.

Enfin, la suite du couloir nous amène sur un escalier, qui nous conduit à la sortie du Mersus, sur le quai du début.

Reportage réalisé par Josua Mourer pour Actu’Zoo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.