TOUROPARC.ZOO – LE VIVARIUM ET LA SERRE TROPICALE

Le vivarium, qui s’étend sur environ 300 m2, a accueilli une nouvelle espèce en 2019 au Touroparc, Curu le varan de Komodo. L’entrée du vivarium se fait justement face à l’espace du varan de Komodo. Plutôt vaste et disposant d’un espace fonctionnel, l’enclos de Curu répond aux normes concernant les exigences de l’espèce. Touroparc est un des rares parcs français à présenter ce géant.

S’en suit une progression dans un couloir disposant de divers panneaux pédagogiques, et d’un parcours au milieu de différents terrariums. Ces derniers sont disposés de manière à créer un parcours non rectiligne. Afin de découvrir les
reptiles sous différents angles de vision, les terrariums disposent pour la plupart de divers points de visions. Ils sont habillés pour la plupart par des planches de bois, qui rendent l’ensemble plus naturel que de simples murs en béton.

La plupart des terrariums contiennent des décors correspondant au milieu de vie des animaux, avec de vraies plantes et un substrat adapté à chaque espèce. Ces différents espaces sont aménagés de manière naturelle, afin de respecter les exigences des reptiles. Biotopes tropicaux, tempérés ou désertiques, chacun d’entre eux est aménagé en fonction des espèces abritées.

Boa arboricole de Madagascar, tortues alligators, varans émeraudes, varans de Mac Rae, pythons royaux et rainettes de White font partis de la collection du vivarium.

Par la suite de la visite, de plus grands terrariums, de plusieurs mètres de longs et de large, présentent les espèces de grande tailles, comme des iguanes verts, des varans de Salvator, ou encore des tortues alligators. Ces espèces sont d’ailleurs souvent présentées en cohabitation.

Enfin la visite du vivarium se termine par les enclos intérieurs des grosses espèces de tortues (Rayonnées / Sulcata / Aldabra), dont les enclos extérieurs sont visible depuis l’extérieur du vivarium. Ces derniers sont vastes et libre d’accès aux tortues afin qu’elles puissent profiter du soleil ou de la pluie à la demande.

Véritable emblème du parc depuis son ouverture, la serre tropicale présente une grande collection d’oiseaux, venant des quatre coins du monde. Au-delà des oiseaux qui la peuplent, la serre a gardé au fil du temps, sa fonction première, abritant une variété d’espèces végétales en tout genre. Allant des cactées variées, aux caractéristiques monsteras, en passant par les grands ficus, ayant tous pris une envergure conséquente depuis des dizaines d’années.

Les 500m² végétalisés permettent à une centaine d’oiseaux, d’évoluer en vol libre, créant un espace familial marquant, à l’image de la philosophie du parc. La serre a été modifiée et rénovée de nombreuses fois depuis sa création, tout en gardant néanmoins sa structure, son cheminement et sa flore d’origine. Comme l’ensemble du parc, les souvenirs de visites étant enfants restent visibles aujourd’hui, intactes, entretenus, tout en évoluant avec le temps.

Agamis trompettes, colombes poignardées , roulrouls couronnés et autres touracos violets, sont quelques-unes de la vingtaine d’espèces évoluant dans la serre tropicale. La collection aviaire a toujours été en constante évolution et a vu de nombreuses espèces défilés au sein de la structure. Certaines espèces on marquées des époques de la serre et sont devenues incontournables, tel que les loriquets de Swainson, les mainates religieux ou encore les ibis rouges.

D’autres habitants ont élus domicile dans la serre à différentes périodes de la vie du parc. Les plus anciens se souviennent encore de l’entrée de celle-ci foisonnant de papillons pour y accueillir les visiteurs. Les reptiles y ont, eux aussi, élus domicile dans de petits vivariums, dissimulés dans les murs de l’emblématique cascade. Les espèces qui  présentées changent régulièrement.

Finisons cette présentation du vivarium et de la serre tropicale, deux bâtiments emblématiques du parc, avec quelques questions qui ont été posées à la direction de Touroparc.Zoo, que nous remercions vivement :

  • En quelle année la serre tropicale et le vivarium ont été ouverts?
    Quel en étaient leurs objectifs principaux lors de leurs ouvertures?
La serre tropicale est ouverte depuis 1980, le vivarium depuis 2011. Cela a permis d’accueillir de nouvelles espèces et d’ajouter de nouvelles expériences pour les visiteurs. 
 
  • Suite à l’arrivée du dragon de Komodo, vous avez réaménagé le vivarium.
    Quel travaux aviez vous fait pour l’améliorer en 2019?

Restructuration de plusieurs terrarium pour offrir de l’espace à Curu ainsi qu’un bassin, notre varan de Komodo. Déplacement de certaines espèces, comme les caïmans, les tortues alligators et les tortues rayonnées. 

  • Avez vous prévue d’autres améliorations au niveau du vivarium et de la serre tropicale?

Nous avons toujours le projet d’accueillir une femelle Komodo, il faudra pour cela continuer l’aménagement du vivarium afin d’offrir un extérieur à cette espèce.

  • De nouvelles espèces sont elles également en projet ou prévues?

-Pas de nouvelles espèces prévues pour le moment.

  • En ce début de nouvelle saison, qu’avez vous prévue comme nouveautés pour 2022?

En 2022, nous avons deux nouvelles attractions, les chevaux galopants et de nouveaux toboggans aquatiques. Des jeunes éléphants sont arrivés début juin de Pairi Daiza, afin de rejoindre Maung Htoo notre mâle.

  • Parlons du futur de Touroparc: avez vous des projets de développement ou de réaménagement au niveau zoologique pour les prochaines années? 

Nous avons le projet d’une plaine africaine, qui permettrait aux girafes de redescendre en bas du parc. Ces dernières profiteraient de plus d’espace, en mixité avec les zèbres de Grévy.  L’actuel enclos des girafes pourra être restructuré pour les rhinocéros.

Reportage réalisé par Josua Mourer, Gregory Nas De Tourris et Damien Rochelle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.