HOUSTON ZOO – PANTANAL ET ISLANDS GALAPAGOS

Les derniers développements du  zoo de Houston aux Etats Unis sont l’aboutissement de la campagne “Keeping Our World Wild Centennial Capital”  lancée en 2018 et qui a permis de récolter plus de 150 millions de dollars. Depuis lors, le zoo a créé une série de nouvelles installations, de nouveaux équipements publics et des espaces pour le public amélioré. Ces projets ont été réalisés dans le cadre d’un plan en plusieurs phases de six ans sur le site de 22 hectares du zoo. Grâce aux fonds collectés grâce à la campagne, le zoo a ouvert l’exposition “Hamill Foundation Black Bear” (2018), le “Cypress Circle Café” (2018), une exposition rénovée pour les orangs-outans (2019) et les expositions primées  “Texas Wetlands” (2019 ) et le “Pantanal”  (2020) que nous allons découvrir ci dessous.

16 millions d’hectares de forêts, de rivières, de marais et de prairies inondées de façon saisonnière s’étendent sur des régions du centre du Brésil, de la Bolivie et du Paraguay, et abritent la plus grande concentration d’animaux d’Amérique du Sud. C’est le Pantanal. L’engagement du zoo de Houston envers la conservation dans ce centre de biodiversité a inspiré la création de son propre « Pantanal ». Ce projet unique en son genre est un habitat de 1,5 hectares et une expérience immersive pour les visiteurs avec plus de cinquante espèces d’animaux originaires de la plus grande zone humide du monde.

En pénétrant dans l’exposition du Pantanal d’Amérique du Sud, vous rencontrez un ensemble de bâtiments rustiques, posés sur des pilotis, évoquant les éco-lodges que l’on trouve le long des rivières et des ruisseaux de la région nord du Pantanal.

Une première installation abrite un groupe de tamarins lions doré (Leontopithecus rosalia) et des hurleurs noirs (Alouatta caraya) dans une grande volière aménagée de nombreux branchages. Ils cohabitent harmonieusement avec un groupe d’agoutis dorés (Dasyprocta leporina).

Juste à coté se situe un petit aquarium ou il est possible d’observer des anacondas verts (Eunectes murinus)

Un grand espace mi aquatique et mi terrestre s’offre à nous. Des vues sous-marines permettent l’observation de loutres géantes (Pteronura brasiliensis) mais aussi de différentes espèces de poissons, de raies pastenagues ou de tortues de rivière que l’on retrouve principalement dans le Pantanal. Un canon à poisson a été installé pour apporter de l’enrichissement et des friandises savoureuses aux loutres.

Une plus petite volière héberge un groupe de aras à gorge bleue (Ara glaucogularis) et des hoccos d’Albert (Crax Alberti)

Dans cette nouvelle zone, un nouvel espace a également été conçu  pour le couple de jaguars (Panthera onca). Sur plusieurs reliefs, cette installation est aménagée d’un petit ruisseau et quelques branches et troncs d’arbres pour l’évolution de cette espèce, troisième plus grand félin au monde, derrière le tigre et le lion.

Un passage aérien a également été installé pour offrir des points de vue et d’observation aux jaguars, qui peuvent ainsi se frayer un chemin entre l’habitat extérieur et le bâtiment de nuit situé de l’autre coté de l’allée.

Ce bâtiment de nuit sert également de refuge pour les espèces qui vivent dans la vaste praire herbeuse situé de l’autre coté et ou cohabitent plusieurs espèces des plaines du Pantanal comme les tapirs de Baird (Tapirus bairdii), les fourmiliers géants (Myrmecophaga tridactyle), les capybaras (Hydrochaeris hydrochaeris), les nandous (Rhea americana) ou les kamichis à collier (Chauna torquata) .

La visite se termine par une volière d’immersion ou volent librement de nombreuses espèces d’oiseaux du Pantanal comme des spatules blanches, des jacanas noirs ou des cassiques verts. 

La plus grande initiative de la campagne, qui a ouvert le 7 avril 2023, concerne les îles Galápagos, a permis de clore le centenaire du zoo.

Le zoo de Houston est le premier zoo au monde à construire une exposition majeure axée sur la conservation sur les îles Galápagos.  Aucun autre endroit sur notre planète n’illustre mieux les merveilles de l’espèce unique, l’équilibre délicat des écosystèmes ou le besoin pressant de conservation plus que les îles Galápagos au large des côtes de l’Équateur. En explorant cette exposition unique en son genre, les visiteurs s’immergent dans un environnement évoquant les paysages et les habitats océaniques uniques de l’archipel et soulignant les efforts visant à le protéger pour l’avenir.L’archipel isolé des Galápagos, au large des côtes de l’Équateur, est l’un des endroits les plus intéressants de la planète. Environ 97% des reptiles et des mammifères terrestres, 80% des oiseaux terrestres et plus de 30% des plantes qui s’y trouvent sont endémiques, ce qui signifie qu’ils ne se trouvent nulle part ailleurs et parmi les espèces les plus menacées au monde. La plupart des animaux de l’ exposition des îles Galápagos sont des espèces étroitement apparentées et serviront d’ambassadeurs pour leurs cousins ​​des Galápagos. 

En approchant de l’exposition depuis McGovern Plaza, les invités rencontrent immédiatement la côte des lions de mer, un littoral volcanique agité par les vagues où les lions de mer de Californie se prélassent au soleil sur des falaises de lave spectaculaires,

Lorsque les visiteurs entrent dans l’exposition, de hauts murs de falaises révèlent des vues sur une prairie volcanique parsemée de rochers, où des tortues géantes des Galápagos se promènent, broutant des herbes ou se vautrant dans des flaques boueuses.

Après avoir vu l’habitat des tortues depuis le sentier extérieur, les invités traversent une crevasse à flanc de colline de lave et pénètrent dans un vestibule où ils verront des iguanes bleus prendre le soleil sur les rebords d’un affleurement rocheux. 

Les invités retournent ensuite au bord de l’océan, descendant dans une grotte marine sculptée par les vagues avec une vue sur deux niveaux des lions de mer nageant dans la grotte ou se reposant sur des rebords ombragés juste au-dessus de la ligne de flottaison. Des crabes colorés Sally Lightfoot sont visibles dans une ouverture à proximité dans les rochers, se promenant dans les vagues éclaboussant.

En se déplaçant plus profondément sous l’eau, les invités émergent dans un tunnel en acrylique de 40 pieds de long, maintenant entièrement submergé sous l’océan, entouré d’otaries nageant des deux côtés et au-dessus. Après les heures d’ouverture, ces espaces uniques peuvent se transformer en lieux magiques pour des dîners et autres rassemblements dans un confort climatisé. 

En quittant le tunnel sous-marin, les invités arrivent dans une salle éclairée de manière théâtrale avec de belles images de la vie marine juxtaposées à des cylindres de verre contenant trois types de déchets plastiques qui menacent partout la faune océanique. Mais ici, les colonnes remplies de sacs en plastique, de pailles et de bouteilles représentent la quantité de déchets qui n’entrent pas dans l’environnement suite à la décision du zoo de Houston d’éliminer l’utilisation de ces produits.

Un aquarium mural fascinant de méduses (orties de mer) fait comprendre que certains animaux qui se nourrissent de gelées (comme les tortues de mer) peuvent confondre le plastique flottant avec des gelées, avec des conséquences malheureuses, 

Au détour d’un virage, une étendue d’acrylique transparent de 40 pieds révèle l’époustouflant aquarium One Ocean, semblant s’étendre indéfiniment jusqu’à l’océan ouvert au-delà. Les structures uniques des récifs coralliens du récif des Galápagos et une chute de rochers volcaniques offrent des niches dans l’habitat de 290 000 gallons, où les tortues de mer vertes , les requins de récif à pointe noire , les requins bonnethead, les raies cownose et d’autres poissons colorés nagent et se réfugient.  

Une ouverture dans le mur du tunnel de lave contient un aquarium avec des hippocampes géants (jusqu’à 12 pouces de hauteur), des étoiles de mer colorées et des concombres de mer . Alors que le sol du tunnel de lave s’élève et que les invités tournent au coin de la rue, des pingouins de Humboldt ludiques apparaissent, se dandinant le long d’une plage de roche volcanique et filant dans l’eau en contrebas, une première pour le zoo de Houston. Cependant, ils n’auront pas à lutter contre la chaleur de Houston car ils vivront dans un environnement climatisé où ils seront à l’aise à une température constante et seront protégés des moustiques de Houston, qui peuvent être porteurs du paludisme aviaire.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *