ACTUS DU ZOO D’ASSON

2021 : LE TEMPLE PERDU : NOUVELLE SERRE TROPICALE ASIATIQUE AU ZOO D’ASSON

Le Zoo d’Asson, situé dans les Pyrénées Atlantiques à quelques minutes de Pau, vient d’ouvrir au public
sa nouveauté 2021 : une serre tropicale asiatique, “Le temple perdu”.

Cet espace immersif riche en végétation plonge le visiteur dans l’ambiance d’un temple abandonné et
recolonisé par la Nature
. Il permet au zoo de déménager certaines espèces du parc afin d’affiner la
cohérence géographique et d’offrir aux animaux des conditions de vie optimales. C’est le cas des
gouras de Victoria (Goura victoria) et des martins de Rotschild (Leucopsar rotschildi)
.

L’enclos central du temple permet au zoo d’Asson d’accueillir une espèce menacée et peu connue, le
porc-épic des Philippines (Hystrix pumila). Les quatre individus sont uniques en France et l’espèce n’est
visible que dans sept parcs zoologiques en Europe.

Pour le grand public, les espèces vedettes de la serre seront peut-être les roussettes, premières
chauves-souris de l’histoire du zoo : des roussettes de Lyle (Pteropus lylei) et des roussettes de
Malaisie (Pteropus vampyrus)
, la plus grande de toutes les espèces de chiroptères, sont arrivées du
Parc des Oiseaux de Villars-les-dombes. Asson devient le deuxième parc en France à accueillir les
roussettes de Malaisie.

La population animale du Temple perdu va se développer durant l’été, avec l’arrivée prochaine de tortues brunes (Manouria emys), espèce considérée en danger critique d’extinction. Les tortues arriveront du zoo de Barcelone et représentent un événement puisqu’elles seront les seuls reptiles du zoo d’Asson. De nouvelles espèces d’oiseaux du sud-est asiatique compléteront également la zone.

Le Temple perdu est pour le zoo d’Asson l’aboutissement d’une vaste zone asiatique située au fond du parc, dont la réalisation s’est étalée sur une quinzaine d’années. C’est en 2005 que le zoo a commencé à empiéter sur l’enclos des chèvres naines de presque 1 hectare pour accueillir les pandas roux. Sont arrivés ensuite au fil des années loutres naines, tigres, la prairie des muntjacs et grues antigones, les écureuils et loriquets ainsi que quelques dinosaures. C’est aussi la dernière étape de la fin des vieilles volières des gibbons qui ont hébergé jusqu’à cinq groupes dans de petites installations, avant d’être rénovées et agrandies pour donner aujourd’hui deux volières à gibbons et le Temple perdu.

Le Temple perdu s’inscrit dans la philosophie du zoo d’Asson, consacré depuis toujours aux petites espèces exotiques menacées (ouistitis et tamarins, psittacidés, wallabies, lémuriens) tout en offrant une installation unique pour le zoo et à échelle nationale. Les espèces choisies permettent de présenter la diversité animale du sud-est asiatique (mammifères, oiseaux, reptiles) avec un focus sur des animaux en voie de disparition.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.